Surfing Sardinia with Andrea Bianchi

An interview with professional surf photographer Andrea Bianchi. We explore the Italian surf culture through the words and lens of a local Sardinian.

large surf in Sardinia photo by Andrea Bianchi
Sinis Peninsula, Sardinia, Italy

Sardinian professional photographer and surfer, Andrea “Andy” Bianchi, gives some insight on the Italian surf scene. If you haven’t heard already, Sardinia has been hailed as the “Hawaii of the Mediterranean”. With a moniker like that and after seeing a couple photos posted by none other than Mr. Bianchi himself, we had to know more. We were curious about the lives of surfers in Italy. More importantly, how their world-renown culture intertwines with an ancient sea, so we reached out. Who knew Italians thought they discovered surfing?

Wrecked: So Andrea, can you give us a little information about yourself?

Andrea Bianchi: My name is Andrea Bianchi.

I have been surfing for 15 years, I am an Italian professional photographer and I live on the west coast of Sardinia. Precisely in the Sinis Peninsula. My activity as a surf photographer has decades of experience. I have published in all the most beautiful European surf magazines. I’m a contributor for The Inertia and from 2013 to 2017 I was photo editor of the Italian national surf magazine.

My goal in surfing has always been to tell about the Italian surf culture, the people who made its history, the pro surfer who come from the ocean to surf our waves, tell our adventures searching waves during the “good season” with friends.

Surfing in Sardinia blends the Italian culture with that of the surf world photo by Andrea Bianchi
Italian surfers find no difficulty blending into the stereotypical “surf lifestyle”
W: What is the history of surfing in Italy? How did Italians discover it?

AB: Indeed, surfing in Italy was not discovered, it was invented, only to discover that it already existed.

It seems absurd, but it is so.

The Italian heritage includes art, culture at 360 degrees, science and great inventions.

In surfing too, we have strived to achieve an unknown purpose, once again showing our creativity. Only then, we realized that we arrived last [laughs].

The history of Italian surfing was born in the early 80s, from crew of surfers and ex windsurfers, who in various parts of Italy, almost simultaneously and without knowing each other, began to experiment with ways to slide on the waves.

They were all people who lived by the sea for at least one season a year and to pass the time, or do something different, they began to try their hand at this undertaking.

To give you some geographical locations, the first groups were located in Liguria, Tuscany, Sardinia and Lazio.

It was a very small community in total they did not reach 50 surfers all over Italy.

The most famous story that best explains how these few people came to surf, is that of the group from Bogliasco (Liguria). To slide on the waves, they started with inflatable sea mattresses, but they proved unmanageable during the ride on the wave. From there they switched to old windsurf boards and tried to improve them to be able to use them without a sail to take the waves by rowing with their arms.

Before finding the right “set up”, they changed the position and size of the fin. After they figured it out, refined their technique by surfing the waves at home, they decided to try the ocean, taking a road trip to nearby Biarritz (10 hours by car from Bogliasco).

Arriving on the ocean, they discovered, to their surprise and happiness, that surfing was a practice that was more than rooted and shared by many other people.

From the 80s to today, great professional surfers have never missed visits to Italy and Sardinian waves.

Above all, many of the most famous surfers in the world have passed through Sardinia. To name a few: Donavon Frankenreiter, Rob Machado, Dave Kalama, Chris Del Moro, Dave Rastovich, Parker and Corner Coffin, Christian Watch, Laird Hamilton, Lee-Ann Curren, Oliver Parker, Benjamin Sanchis, Derek Hynd.

surfing in Sardinia photo by Andrea Bianchi
There’s no shortage of rippers hailing from the shores of the Med

Many Europeans pro surfers also regularly visit Italy and Sardinia every year, to name you a few, Marlon Lipke, Aritz Arnaburu, Goni Zubizarretta, Maxime Huscenot.

This together, with other positive factors, has allowed the Italian surfing community to evolve and to get to occupy a place in professional surfing with Leonardo Fioravanti (WSL WCT) and Francisco Porcella (WSL BWT).

However, there are strict hierarchies to be respected. When you don’t notice this and behave in a wrong way, you are disliked. Being disliked around here, means you no longer have a relaxing stay.

W: Would you say that Sardinia is the home to surf culture in Italy? 

AB: No. I would say that Sardinia is the home of Italian waves and perhaps also of the Mediterranean, but is not the home of the Italian surf culture.

Indeed, it is very difficult to say where the cradle of surf culture is in Italy. The first factor that evolved Italian “surf culture”, were the Italian surfers who traveled the world.


This allowed the regions where surfing is practiced more assiduously, evolve more quickly thanks to the “contamination” of the experiences reported by travelers.


Italian wave seekers are present throughout Italy and travel to the most famous surfing destinations in the world.


There are Italian surfers who have been to places, places where you would never expect to hear from someone who learned to surf in the Mediterranean Sea.


With this dynamic, the Italian surf culture has evolved quickly, taking the other surf cultures that are on the ocean as a model.

Today, we can say that in Italy there is a real surf culture with an all-Italian identity. In 2020, in our surfing community, nothing is missing: writers, photographers, professional surfers, shapers and surf artists.

We are at the beginning of a new era.

Local surfer in Sardinia photo by Andrea Bianchi
With up to 200 days of surfable conditions per year its not surprising to see so many skilled surfers along this picturesque coastline
W: Is it true that you can get up to 200 days of surfable waves a year? 

AB: We must make a premise, the climate of the Mediterranean is cyclical and being a closed sea, a certain stability in the swells cannot be expected. It does not work like the ocean, just think that the maximum tidal range of the Mediterranean Sea is one meter and it rarely happens.

That said, when the good years come, our island can have up to 200 days of waves a year and in some periods, the waves can reach the quality of the ocean.

This unpredictability makes surf trips in Sardinia difficult to access, both for the costs related to the stays, and for the possibility of not finding surfable waves or surfing low quality waves.

In other European locations, you can spend half the money you would spend in Sardinia and certainly surf every day, by booking 3 months in advance.

But when the time is right, the surf trip can be magical.

The culture of Italian “good living” combined with surfing, is a peculiarity that can only be found here, in Italy and nowhere else in the world.

W: What does a typical day look like during those good seasons? Is it necessary to travel much to find great waves?

AB: More than a typical day I would talk about “typical swell”.

In a typical good swell here you can surf high quality waves even for 4-5 days in a row. And if the swell changes direction, you can move from the west coast to the north coast, or to the south coast, to follow it and surf again.

Also to find big waves, the swell counts a lot. Swell with long wave periods can generate very big waves in some spots

large surf in Sardinia photo by Andrea Bianchi
Contrary to popular belief the Mediterranean provides solid surf
W: With surfing growing in popularity more and more surf spots are becoming over-crowded, has this been a problem for you guys?

Is there any localism or hierarchy in the water? — Or is everyone welcoming to each other?

AB: Surfing has now exploded all over the world and is a growing phenomenon, especially among the very young who are starting to surf early. They have more modern and permissive parents than we did 20 years ago.

Women too are beginning to approach surfing at a young age. This is a great thing, because a woman’s view will help our “surf culture” to grow.

Surfing in Italy, except for a small community of female practitioners, has always been a purely male “sport”.

Sardinia has always been the place in Italy with the most localism and there has been no shortage of violence on the front-page of local newspapers.

Now, in 2020, the phenomenon has calmed down a lot, fortunately eliminating the serious episodes of violence.

In my home, the Sinis Peninsula, our local surfing community is very small but also very strict.

Anyone who comes to surf with us, in full compliance with the rules, respecting nature and our local economy, is always welcomed with open arms.

However, there are strict hierarchies to be respected. When you don’t notice this and behave in a wrong way, you are disliked.

Being disliked around here, means you no longer have a relaxing stay.

W: You mentioned Leonardo Fioravanti and Francisco Porcello representing Italy at the highest level. Who are the other Italians (surfers, shapers, etc.) we should be looking out for?

AB: No one is at the level of Leonardo and Francisco.

There are other surfers who compete nationally and train in France or otherwise travel the world, but despite having some sponsors, they are more freesurfers than professional athletes.

However, we must keep a look on the new generations, who are pushing well!

In longboard division, there are athletes who often compete in international and European competitions or invitationals, Mattia Maiorca, Matteo Fabbri, Federico Nesti, Francesca Rubegni.

These guys carry high the name of the Italy of surfing.

young surfer in Sardinia photo by Andrea Bianchi
An example of the up-and-coming Italian talent on full display
W: Lastly, how has COVID affected the surf community? Has access to the sea been limited?

AB: In March and April Sardinia was in lockdown.

The government has imposed severe restrictions on access to beaches and spots. Nobody could do physical activity over 200m from home, so, unless you had a spot near the house, you could not surf.

Now, the infections in Sardinia are 10 times what they were in March and April.

The fault lies with the regional administrations and the national government, which, during the summer, allowed the whole world to enter Sardinia and the rest of Italy almost totally out of control.

The most absurd thing is that, despite everything, still in Sardinia, especially for arrivals from ships, there are no strict controls.

We are moving towards a new full or partial lockdown, so it is likely that within 2 or 3 weeks, access to the spots will be banned again.

single fin surf in Sardinia photo by Andrea Bianchi

www.andrea-bianchi.it

instagram@andysbi

instagram@andysbi_films

FR

Andrea Bianchi, photographe et surfeur professionnel sarde, nous donne un aperçu de la scène surf italienne. Si vous ne le savez pas, la Sardaigne est connue comme le “Hawaï de la Méditerranée”. Avec un tel surnom et après avoir vu quelques photos postées par nul autre que M. Bianchi lui-même, nous devions en savoir plus. Notre curiosité porte sur les surfeurs italiens et sur la façon dont leur culture mondialement connue s’entrelace avec une mer ancienne. Qui savait que les Italiens pensaient avoir découvert le surf ?

Wrecked : Alors Andrea, peux-tu te présenter rapidement ?

Andrea Bianchi : Je m’appelle Andrea Bianchi. Je surfe depuis 15 ans, je suis un photographe et je vis sur la côte ouest de Sardaigne, précisément dans la péninsule de Sinis. Mon activité de photographe de surf a des dizaines d’années d’expérience. J’ai publié dans tous les plus beaux magazines de surf européens. Je suis collaborateur de The Inertia et de 2013 à 2017 j’ai été rédacteur photo du magazine de surf national italien.

Mon objectif dans le domaine du surf a toujours été de raconter la culture du surf italien, les gens qui ont fait son histoire, les surfeurs professionnels qui viennent de l’océan pour surfer nos vagues, raconter nos aventures à la recherche des vagues pendant la “bonne saison” avec des amis.

W : Quelle est l’histoire du surf en Italie ? Comment les Italiens l’ont-ils découvert ?

AB : Le surf en Italie n’a pas été découvert, il a été inventé, seulement pour découvrir qu’il existait déjà. Ca peut sembler absurde, mais c’est comme ça.

Le patrimoine italien comprend l’art, la culture à 360 degrés, la science et les grandes inventions. En surfant aussi, nous nous sommes efforcés d’atteindre un but inconnu, en montrant une fois de plus notre créativité. C’est alors seulement que nous avons réalisé que nous étions arrivés les derniers.

L’histoire du surf italien est née au début des années 80, d’un groupe de surfeurs et d’anciens windsurfeurs qui, dans différentes régions d’Italie, ont commencé à expérimenter, presque simultanément et sans se connaître, des façons de glisser sur les vagues.

Ils vivaient tous au bord de la mer pendant au moins une saison par an et, pour passer le temps ou faire quelque chose de différent, ils ont commencé à tester des choses.

Pour vous donner une idée de la situation géographique, les premiers groupes se trouvaient en Ligurie, en Toscane, en Sardaigne et dans le Latium.

C’était une très petite communauté au total ; ils n’ont pas atteint 50 surfeurs dans toute l’Italie.

L’histoire la plus célèbre qui explique le mieux comment ces quelques personnes sont venues surfer, est celle du groupe de Bogliasco (Ligurie). Pour glisser sur les vagues, ils ont commencé avec des matelas gonflables, mais ils se sont avérés ingérables sur la vague. De là, ils sont passés aux vieilles planches à voile et ont essayé de les améliorer pour pouvoir les utiliser sans voile pour prendre les vagues en ramant avec leurs bras.

Avant de trouver le bon set-up, ils ont changé la position et la taille de l’aileron.

Une fois qu’ils ont compris, qu’ils ont affiné leur technique en surfant sur les vagues chez eux, ils ont décidé d’essayer l’océan, en faisant un voyage en voiture jusqu’à Biarritz (à 10 heures de voiture de Bogliasco).

Arrivés sur l’océan, ils ont découvert, à leur grande surprise et à leur bonheur, que le surf était une pratique plus qu’ancrée et partagée par beaucoup d’autres personnes.

Des années 80 à aujourd’hui, les grands surfeurs professionnels n’ont jamais manqué de visiter l’Italie et les vagues sardes.

Surtout, beaucoup de surfeurs parmi les plus célèbres du monde sont passés par la Sardaigne. Pour n’en citer que quelques-uns : Donavon Frankenreiter, Rob Machado, Dave Kalama, Chris Del Moro, Dave Rastovich, Parker and Corner Coffin, Christian Watch, Laird Hamilton, Lee-Ann Curren, Oliver Parker, Benjamin Sanchis, Derek Hynd.

De nombreux surfeurs professionnels européens se rendent aussi régulièrement en Italie et en Sardaigne chaque année, pour vous citer, Marlon Lipke, Aritz Arnaburu, Goni Zubizarretta, Maxime Huscenot.

Tout cela, ajouté à d’autres facteurs positifs, a permis à la communauté italienne de surfeurs d’évoluer et de se faire une place dans le surf professionnel avec Leonardo Fioravanti (WSL WCT) et Francisco Porcella (WSL BWT).

A glimpse of Italian surf culture, sans espresso in hand

W : Est-ce que la Sardaigne est la capitale de la culture surf en Italie ? 

AB : Non. Je dirais que la Sardaigne est le foyer des vagues italiennes et peut-être aussi de la Méditerranée, mais ce n’est pas la capitale de la culture surf en Italie.

En effet, il est très difficile de dire où se trouve le berceau de la culture surf en Italie. Le premier facteur qui a fait évoluer la “culture surf” italienne, ce sont les surfeurs italiens qui ont voyagé dans le monde entier.
Ça a permis aux régions où le surf est pratiqué plus assidûment, d’évoluer plus rapidement grâce à la “contamination” des expériences rapportées par les voyageurs.
Les chasseurs de vagues italiens sont présents dans toute l’Italie et voyagent vers les destinations surf les plus célèbres du monde.
Il y a des surfeurs italiens qui sont allés dans des endroits, des endroits où l’on ne s’attendrait jamais à avoir des nouvelles de quelqu’un qui a appris à surfer en Méditerranée.
Grâce à cette dynamique, la culture italienne du surf a évolué rapidement, prenant pour modèle les autres cultures du surf qui se trouvent sur l’océan.

Aujourd’hui, on peut dire qu’il existe en Italie une véritable culture du surf avec une identité entièrement italienne. En 2020, dans notre communauté de surfeurs, rien ne manque : des écrivains, des photographes, des surfeurs professionnels, des shapers et des artistes.

Nous sommes au début d’une nouvelle ère.

An absence of tides means as long as the swells up, the peak remains in place.
W : Est-il vrai qu’on peut avoir jusqu’à 200 jours de vagues surfables par an ? 

AB : Le climat de la Méditerranée est cyclique et étant une mer fermée, on ne peut pas s’attendre à une certaine régularité dans les houles. Ça ne fonctionne pas comme l’océan, il suffit de penser que le marnage maximum de la Méditerranée est d’un mètre et que ça arrive rarement.

Cela dit, lorsque les bonnes années arrivent, notre île peut avoir jusqu’à 200 jours de vagues par an et à certaines périodes, les vagues peuvent avoir la qualité de l’océan.

Cette imprévisibilité rend les surf trips en Sardaigne difficiles d’accès, tant pour les coûts liés aux séjours que pour la possibilité de ne pas trouver de vagues surfables ou de surfer des vagues de mauvaise qualité.

Dans d’autres endroits en Europe, vous pouvez dépenser moitié moins, surfer tous les jours, en réservant 3 mois à l’avance.

Quand tout est bien calé, ça peut être un trip magique.

La culture du “bien vivre” italien, combinée au surf, est une particularité que l’on ne trouve qu’ici, en Italie et nulle part ailleurs dans le monde.

Italian water colors
W : À quoi ressemble une journée typique pendant ces bonnes saisons ? Faut-il beaucoup se déplacer pour trouver de belles vagues ?

AB : Plus qu’une journée typique, je parlerais de “houle typique”.

Dans une bonne houle typique ici, vous pouvez surfer des vagues de qualité même pendant 4-5 jours d’affilée. Et si la houle change de direction, vous pouvez passer de la côte ouest à la côte nord, ou à la côte sud, pour la suivre et surfer à nouveau.

Pour trouver de grosses vagues, la houle compte aussi beaucoup. Une houle longe peut générer de très grosses vagues à certains endroits.

W : Avec la popularité croissante du surf, de plus en plus de spots sont surpeuplés, cela a-t-il été un problème pour vous ?

Y a-t-il un certain localisme ou une certaine hiérarchie dans l’eau ? — Ou est-ce que tout le monde est accueillant ?


AB : Le surf a maintenant explosé partout dans le monde et c’est un phénomène croissant, surtout chez les très jeunes qui commencent à surfer tôt. Ils ont des parents plus modernes et plus permissifs qu’il y a 20 ans.

Les femmes aussi commencent à aborder le surf dès leur plus jeune âge. C’est une bonne chose, car le point de vue d’une femme aidera notre surf culture à se développer.

Le surf en Italie, à l’exception d’une petite communauté de pratiquantes, a toujours été purement masculin.

La Sardaigne a toujours été l’endroit d’Italie le plus localisé et la violence n’a pas manqué de faire la une des journaux locaux.

Aujourd’hui, en 2020, le phénomène s’est beaucoup apaisé, éliminant heureusement les graves épisodes de violence.

Chez moi, dans la péninsule de Sinis, notre communauté locale de surfeurs est très petite mais aussi très stricte.

Toute personne qui vient surfer avec nous, dans le respect des règles, de la nature et de notre économie locale, est toujours accueillie à bras ouverts.

Cependant, il existe des hiérarchies strictes à respecter. Si vous ne le remarquez pas et que vous vous comportez mal, vous n’êtes pas apprécié.

Être détesté ici, c’est synonyme de passer un mauvais séjour.

speed blur surfing
Speed blur
W : Tu as parlé de Leonardo Fioravanti et Francisco Porcello qui représentent l’Italie au plus haut niveau. Quels sont les autres Italiens (surfeurs, shapers, etc.) que nous devrions surveiller ?

AB : Personne n’est au niveau de Leonardo et Francisco.

Il y a d’autres surfeurs qui participent à des compétitions nationales et s’entraînent en France ou qui voyagent dans le monde entier, mais malgré quelques sponsors, ce sont plus des free surfers que des athlètes professionnels.

Cependant, il faut garder un œil sur les nouvelles générations, qui poussent bien !

En longboard, il y a des athlètes qui participent souvent à des compétitions internationales et européennes, Mattia Maiorca, Matteo Fabbri, Federico Nesti, Francesca Rubegni.

Ces gars portent haut le nom de l’Italie dans le surf.

W : Enfin, comment le COVID a-t-il affecté la communauté du surf ? L’accès à la mer a-t-il été limité ?

AB : En mars et avril, la Sardaigne a été fermée.

Le gouvernement a imposé de sévères restrictions sur l’accès aux plages et aux spots. Personne ne pouvait faire d’activité physique à plus de 200 m de chez lui, donc, à moins d’avoir un spot devant chez soi, on ne pouvait pas surfer.

Aujourd’hui, les infections en Sardaigne sont dix fois plus nombreuses qu’en mars et avril.

La faute en revient aux administrations régionales et au gouvernement national qui, pendant l’été, ont permis au monde entier d’entrer en Sardaigne et dans le reste de l’Italie de manière presque incontrôlée.

Le plus absurde est que, malgré tout, toujours en Sardaigne, surtout pour les arrivées de bateaux, il n’y a pas de contrôles stricts.

Nous nous dirigeons vers un nouveau verrouillage total ou partiel, il est donc probable que d’ici 2 ou 3 semaines, l’accès aux spots sera à nouveau interdit.

www.andrea-bianchi.it

instagram@andysbi

instagram@andysbi_films